Quel est le moral des entreprises au Luxembourg ?
logo site
icon recherche
Société

Quel est le moral des entreprises au Luxembourg ?

Les entreprises vont-elles recruter ? Sont-elles confiantes en l'avenir ? Est-ce que la santé des sociétés luxembourgeoises est bonne ? Il semblerait que les indicateurs soient au vert...

Publié par Chrystelle Thevenot le 01/11/2021 | 1.996 vues

Confiance-economie-luxembourgeoise
Confiance-economie-luxembourgeoise

La Chambre de Commerce au Luxembourg a réalisé un sondage auprès de 677 dirigeants d’entreprises de 6 salariés et plus, représentatives de l’économie luxembourgeoise. Le constat est sans appel : “Le moral des dirigeants est aujourd’hui plutôt au beau fixe tandis que les indicateurs de conjoncture pointent vers une reprise aussi bien en termes d’activité, d’emploi, de rentabilité, d’investissement, de confiance, ou encore d’exportations” confirme l’étude. Une bonne nouvelle après une crise sanitaire qui a “plombé le moral des entreprises“.

42% des dirigeants attendent une hausse de l’activité

L’activité des entreprises a connu une hausse pour 1/3 d’entre elles, une stabilisation pour environ la moitié et une baisse pour seulement 1 entreprise sur 5.

Cette tendance à l’amélioration devrait se poursuivre au cours des 6 prochains mois puisqu’une hausse de l’activité est attendue par 42% des dirigeants, contre une baisse pour seulement 10% d’entre eux.

Lire Les taxes représentent 39% pour l’électricité et 36% pour le gaz

Les entreprises emploient

En ce qui concerne l’emploi, les entreprises paraissent plutôt confiantes, puisque 30% d’entre elles envisagent d’augmenter leurs effectifs au cours des prochains mois contre 8% qui les réduiraient, soit une différence nette de 22%.

Cette hausse est particulièrement importante dans les secteurs des services (financiers et non financiers) et de l’énergie/environnement (+33% à 38%).

Stabilité de l’environnement économique

Globalement, les entreprises estiment que l’influence de l’environnement économique sur les affaires en 2022 sera stable (pour près de 60% des dirigeants) voire favorable (pour 25% des sondés), ce qui constitue une vision plus optimiste que l’année dernière, où seulement 10% des entreprises s’attendaient à des circonstances structurelles positives.

Les défis des sociétés…

Parmi les plus cités, on compte « le manque de main-d’œuvre qualifiée » et « le coût du travail » pour respectivement 69% et 53% des dirigeants.

En 3e position, « le prix de l’énergie et des matières premières » pourrait constituer une menace pour la reprise économique aux niveaux international et luxembourgeois. Il préoccupe 43% des entreprises.

Les conséquences de la pandémie sur l’activité des entreprises pour l’année à venir continuent d’inquiéter les dirigeants. Parmi ces conséquences éventuelles, l’application de nouvelles mesures de confinement, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et les changements dans le comportement des consommateurs sont les plus redoutées pour respectivement 54%, 44% et 40% des entreprises interrogées.

Lire France et Allemagne parmi les pays les plus innovants au monde

Economie circulaire ? C’est quoi ?

Le sondage révèle aussi un manque de connaissance relatif à l’économie circulaire en général et à ses dispositifs en particulier (ex : initiatives nationales et internationales, formations), ce qui pourrait expliquer le manque d’intérêt pour le sujet, témoigné par près de la moitié des entreprises interrogées.

Parmi plus d’une quinzaine d’initiatives majeures relatives à l’économie circulaire existant au Luxembourg, seulement 3 sont connues par plus du tiers des entreprises : la SuperDrecksKëscht (50%), la House of Training et ses formations (33%) et enfin le programme dédié de la Banque européenne d’investissement (55%) qui est certes familier mais guère utilisé (5,5% des entreprises y ont eu recours).

La Chambre de commerce note : “Des efforts supplémentaires en communication et en sensibilisation sur la pratique de l’économie circulaire et ses bénéfices pourraient être opportuns pour accélérer la transition économique luxembourgeoise vers ce modèle plus résilient“.

Prenons un exemple 

La part des matières recyclées utilisées dans le processus productif est encore relativement faible. Plus d’un tiers des entreprises (36%) utilise moins de 5% de matières recyclées par rapport à la quantité totale de matière utilisée, tandis que seulement 6 % des entreprises déclarent recourir à plus de 40 % de matières premières secondaires.

 

Lire Le CovidCheck adopté pour le secteur privé et public au Luxembourg

 

Ailleurs sur le web