“Il faudrait que les frontaliers reviennent consommer dans les cafés”
icon recherche
Société

“Il faudrait que les frontaliers reviennent consommer dans les cafés”

A Diekirch, les serveurs du café « Miche » ont retrouvé le sourire. Cette crise sanitaire a marqué les esprits aussi bien pour les habitués que pour le cafetier. Une page se tourne. Une autre s'ouvre plus « corsée ». Qu'en pensent les clients ? Témoignages.

Publié par Chrystelle Thevenot le 11/05/2021 | 3.053 vues

Cafés -réouverture
Cafés -réouverture

Depuis le 7 avril, avec la réouverture des terrasses des cafés, « les habitués avaient repris doucement leurs habitudes mais les frontaliers, qui travaillent dans les entreprises, ne sont toujours pas là » explique Clément Elie, barman au café « Miche » à Diekirch, située à 40 minutes en voiture de Luxembourg-ville. De plus, l’annonce attendue de Xavier Bettel, Premier ministre, d’ouvrir, le 16 mai, l’intérieur des cafés en plus des terrasses a sonné le glas d’une période « de souffrance. Désormais, nous allons reprendre le cours de notre vie » se félicite le jeune serveur.

Le café : un lien social

Louis, 68 ans est retraité. Il vit et a travaillé à Diekirch. Début avril, il était l’un des premiers clients du café « Miche » à venir s’asseoir, à 6 heures, à la terrasse pour consommer son petit café crème du matin : « Je n’aurais pas manqué ce rendez-vous. Le café, pour moi, c’est un lien social retrouvé surtout quand tu es inactif. Je commençais à sombrer dans une forme de dépression. On ne se rend pas compte de l’importance des bars mais ce sont des lieux de rencontres entre amis. On vient boire un verre mais c’est finalement bien plus que cela » partage-t-il.

A côté de Louis, Amanda 23 ans et Léopold ont choisi de « s’éclater ». Il est 10h et déjà ils songent à commander un mètre de bière : « On profite de tous les moments qui viennent à nous bien évidemment en respectant les gestes barrières » rappelle Amanda, avec une pointe d’humour « Je crois qu’on a envie de vivre tout simplement. Et si ça doit passer par une bonne cuite et bien je ne dis pas non ».

Lire Sarah, barmaid au Luxembourg : 2 000 euros de salaire et 400 euros de pourboire

Diekirch : le café est une institution

Diekirch fait partie de la Nordstad, un réseau comprenant de nombreuses zones d’activités du Grand-Duché du Luxembourg. C’est une ville où sont implantées de grandes entreprises. D’ailleurs, on y compte pas moins d’une trentaine de cafés pour une population de 6 756 habitants. Boire un verre dans un café, c’est presque une institution. « Les cafés sont des lieux vivants » explique Clément Elie, 31 ans.

La Nordstad (Ville du Nord) dont fait partie Diekirch est un des trois pôles urbains et un pôle de développement situé au nord du Luxembourg.

Un an entre “espoir” et “désespoir

Clément Elie, originaire de Tours, installé au Grand-Duché du Luxembourg depuis neuf ans, sait de quoi il parle. Depuis mars 2020, mois de la déclaration de l’état d’urgence sanitaire pour faire face à l’épidémie de coronavirus, ce barman est descendu dans la rue pour défendre la profession. Il a connu 7 mois de chômage partiel entre « espoir et désespoir », a vu beaucoup de ses collègues serveurs « sombrer dans la dépression » et avoue sans ambages avoir croisé « des cafetiers qui ont jeté l’éponge pensant au suicide pour en finir avec les galères financières ». Une période sombre que Clément Elie voit désormais derrière lui. « Enfin » s’exclame-t-il.

Lire Un frontalier belge tente de se pendre dans son restaurant au Luxembourg

Retour des salariés en télétravail

Si début avril avait déjà été pour toute la profession « un premier moment de joie et de soulagement » avec la réouverture des terrasses des bars. Le 16 mai promet d’être cette fois « euphorique ». « Les clients ne nous ont jamais lâchés et reviendront encore plus nombreux à la mi-mai, c’est clair. Nous sommes pressés de les revoir tous » confirme Clément. Et pour que la fête soit définitivement une apothéose, « il faudrait que les salariés mais surtout les frontaliers en télétravail reviennent dans les sociétés. Là, nous serions complètement comblés » conclut le barman.

Informations 
Terrasses ouvertes depuis le 7 avril 2021 de 6h à 18h. 2 personnes à table. Port du masque obligatoire. Le couvre-feu dans le pays est maintenu jusque 23h. 

Si vous souhaitez partager votre expérience, contactez nous par mail [email protected] ou remplissez ce formulaire.

Lire Clément Elie, barman au Luxembourg : « Si les aides ne viennent pas, nous allons crever »

Ailleurs sur le web