Plus de 13 600 postes à pourvoir au Luxembourg, un « record absolu » !
logo site
icon recherche
Emploi

Plus de 13 600 postes à pourvoir au Luxembourg, un « record absolu » !

En seulement un an, le nombre de postes à pourvoir au Luxembourg a augmenté de 39,7 %. Dans le même temps, les demandeurs d’emploi sont toujours moins nombreux dans le pays : ils étaient 13 638 au mois de juin.

Publié par Aymeric Henniaux le 20/07/2022 | 7.400 vues
comments2 commentaires

Les chômeurs sont toujours moins nombreux au Luxembourg.
Au Luxembourg, il y a presque autant d'offres d'emploi à pourvoir que de demandeurs d'emploi.

De mois en mois, la tendance s’installe et ne semble pas prête de s’inverser. Dans son dernier rapport mensuel concernant le mois de juin 2022, l’Adem, l’Agence pour le développement de l’emploi a enregistré 4 252 nouveaux postes vacants.

Une tendance qui s’installe

Un nombre impressionnant qui porte à près de 13 600 (13 599 précisément) le total d’emplois à pourvoir, déclarés par les employeurs. Sur les douze derniers mois, cela constitue une hausse sensible de 39,7 %. Concrètement, il n’y a jamais eu autant de postes disponibles au Luxembourg, l’Adem parlant même de « record absolu ».

L’agence rappelle par ailleurs que « 79,8 % des postes en question concernent des contrats de travail à durée déterminée ou indéterminée ».

Et les plus gros recruteurs sont…

Avec 237 nouvelles offres enregistrées au cours du mois de juin dernier, c’est le secteur de l’informatique (études, développement…) qui se place comme le plus important recruteur actuellement au Grand-Duché.

La seconde place de ce classement est occupée par le secteur de la comptabilité, avec 195 nouvelles offres en juin 2022. L’audit et le contrôle comptables et financiers complètent le podium avec 147 offres.

Souffrant toujours de difficultés de recrutement, l’horesca (hôtel, restaurant, café) présente encore 133 offres pour le personnel de cuisine et 92 dans le service en restauration.

Dans le détail, les autres secteurs recherchant activement de nouveaux collaborateurs sont la défense et le conseil juridique, le secrétariat, l’analyse et l’ingénierie financière, l’analyse de crédits et risques bancaires ainsi que le conseil en organisation et management d’entreprise.

Lire La Boulangerie Fischer recrute !

Un chômage qui baisse toujours

Dans le même temps, le nombre de demandeurs d’emploi poursuit sa baisse au Luxembourg avec un taux de 4,7 % établi par le Statec. En juin, le nombre de personnes résidentes inscrites à l’Adem comme étant à la recherche d’un emploi s’élève à 13 638. C’est 2 764 demandeurs de moins qu’il y a un an (juin 2021), soit une baisse de 16,9 %.

Quant à leur profil type, les demandeurs d’emploi au Luxembourg seraient en majorité des femmes (7 064 pour 6 574 hommes), âgées de 45 ans ou plus et diplômées du secondaire inférieur. La plupart a réalisé son inscription il y a douze mois ou plus et connait une période d’inactivité comprise soit entre zéro et quatre mois, soit entre douze mois ou plus.

De plus en plus d’emplois à pourvoir mais de moins en moins de chômeurs… la situation déjà constatée ces derniers mois relève d’un certain paradoxe. À voir au cours des prochains mois si ce paradoxe n’est pas en réalité le premier révélateur d’une relative inéquation du marché du travail au Luxembourg…

Lire Toujours moins de chômage au Luxembourg

Lire L’aide au réemploi au Luxembourg, comment ça marche ?

Retrouvez-nous sur

Ailleurs sur le web

iso9002
284 messages
Il y'a 4 semaines

C'est bien: on a arrêté les contrats de travail d'informaticiens pendant la crise du Covid et maintenant on s'étonne qu'ils ont quitté le pays...

iso9002
284 messages
Il y'a 4 semaines

Si vous voulez des informaticiens qui restent, recrutez-les plutôt que de passer par des boîtes de consultance qui leur offrent un emploi précaire. Offrez-leur ce que vous payez à ces boîtes et ils resteront volontiers. Actuellement, l'herbe est plus verte ailleurs pour les informaticiens qu'au Luxembourg. Ceux qui ne sont pas partis sont entrés dans les administrations nationales pour avoir un bon emploi stable et pas trop mal rémunéré. On ne trouve pratiquement plus que des débutants dans les boîtes de consultance et il n'y restent pas.