icon recherche
Mobilité

Et si Luxembourg-Ville instaurait son péage urbain ?

Et si la capitale luxembourgeoise imitait certaines agglomérations européennes ? C’est en tout cas l’idée suggérée par un pétitionnaire mardi.

Publié par Romain S. le 20/03/2019 | 2.641 vues
comments3 commentaires

Le pétitionnaire plaide pour la construction de grands parkings aux abords des autoroutes frontalières, d'où partiraient des transports gratuits vers Luxembourg-Ville.

D’aucuns ont déjà émis l’idée de péages aux frontières. La pétition n°1225, ouverte à signatures sur le site de la Chambre des députés, défend le projet d’un système de péage urbain appliqué à la Ville de Luxembourg.

Wawrzyniec Kotarba, son auteur, suggère d’introduire des frais de péage pour les véhicules entrant dans la capitale pendant les heures et les jours ouvrables, soit du lundi au vendredi entre 8h et 18h.

Lire : Frontières : l’idée d’un péage refait surface

« Le péage est destiné à encourager les personnes travaillant dans la ville de Luxembourg à laisser leur voiture en dehors de la ville, sur un parking, et à prendre le transport public en ville. »

Et pour rendre cela possible, l’intéressé plaide pour la construction de grands parkings aux abords des autoroutes allemandes, belges et françaises. De ces emplacements, partiraient des transports publics gratuits, financés « par les redevances de péage perçue auprès de ceux qui décident de se rendre en ville. »

Les vignettes pourraient être achetés dans les stations-services et autres points de vente habituels, avance-t-il encore.

Lire : La gratuité des transports s’appliquera aussi pour des gares frontalières

M. Kotarba propose, en outre, des exemptions pour certaines personnes comme les handicapés, les résidents de Luxembourg-Ville ou encore ceux qui n’auraient d’autres moyens de locomotion que la voiture pour se rendre au centre-ville dans ces tranches horaires.

Via cette initiative, le but est bien de décongestionner l’agglomération mais aussi de diminuer le niveau de pollution, les nuisances sonores et le nombre d’accidents. En somme, d’avoir une ville « plus agréable, plus calme et plus propre » qui bénéficiera et aux résidents et aux visiteurs.

Des exemples européens

Ce fonctionnement de type péage urbain a déjà été implanté dans certaines agglomérations européennes. Il faut remonter jusqu’en 1986 pour que le premier voit le jour à Bergen en Norvège, pays qui en compte désormais six.

En Suède, Stockholm a également implémenté le système en 2006, en constatant une réduction de près de 22 % du trafic quelques mois plus tard.

La « congestion charge » de Londres, consistant à faire payer quelque 13 euros par jour aux automobilistes traversant l’hyper centre, du lundi au vendredi entre 7h et 18h, a permis de réduire le trafic de 15 % et la congestion de 30 % selon le Transport of London.

L’été dernier, la majorité wallonne en Belgique, a déposé une résolution au Parlement visant à l’instauration d’une vignette sur tout le territoire belge pour les conducteurs étrangers, à l’instar de ce qui se fait en Suisse ou République Tchèque.

La pétition peut être ratifié jusqu’au 30 avril prochain. Pour rappel, un texte doit recevoir 4.500 signatures pour pouvoir être discuté à la Chambre.

Lire : La Belgique songe à instaurer sa vignette routière

Deux fois par semaine, recevez gratuitement la newsletter de lesfrontaliers.lu

Ailleurs sur le web

Il y'a 1 mois

Ok, mais que les autorités Allemandes, Belges et Françaises fasse cela des parkings juste de leurs côtés mais non cela coute trop cher pour nos chers Guignols des trois pays ... 

ninclud
269 messages
Il y'a 1 mois

La France n'investit pas un kopek dans le train pour les frontaliers . Les wagons sont remplis à 150% en gare de Thionville. Qu'ils commencent par régler la saturation actuelle du réseau avant de charger la mule... 30 milliards pour le Grand Paris, pas un centime pour nous depuis des décennies!

Il y'a 1 mois

Encore une super méga idée...
Si l'infrastructure des transports en communs était suffisamment dimensionnée, je dirais pourquoi pas.
Mais tous les signaux sont dans le rouge: p+r saturés, parking des gares saturés, bus saturés, routes saturées. L'emploi progresse vite à Luxembourg et c'est une bonne chose, mais les infrastructures de la ville n'évoluent pas assez vite. 
Personne n'aime attendre assis dans sa voiture dans les bouchons.
Mettre un péage dans ces conditions serait imposer une double peine à ceux qui tentent tant bien que mal de rejoindre leur lieu de travail dans des conditions déplorables.
Que l'on offre déja le choix avant d'utiliser l'élément punitif.