À quel âge les Luxembourgeois quittent-ils le cocon familial ?
logo site
icon recherche
Société

À quel âge les Luxembourgeois quittent-ils le cocon familial ?

L’âge de départ de chez ses parents varie largement en Europe en fonction des pays. Où se situe le Luxembourg dans cette quête d’indépendance ?

Publié par Aymeric Henniaux le 02/09/2022 | 1.926 vues

Les jeunes Luxembourgeois partent en moyenne à 26 ans de chez leurs parents.
Quitter le domicile familial, une étape pour chaque jeune adulte.

Quitter le nid familial n’est pas forcément vécu par les enfants de la même façon. D’un côté, les impatients qui auraient même pu s’émanciper s’ils avaient pu ; de l’autre, les « pas pressés », complètement à l’aise avec l’effet Tanguy, immortalisé avec le film français d’Etienne Chatiliez en 2001.

De la fraîche majorité à la trentaine déjà bien entamée, pour les jeunes adultes à chacun son âge et son rythme comme l’illustre la dernière étude d’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, compilant des données pour l’année 2021.

Les Luxembourgeois dans la moyenne

En 2021, les jeunes ont quitté le domicile parental à 26,5 ans en moyenne dans l’Union européenne. Avec 26,8 ans, le Luxembourg s’inscrit pleinement dans cette moyenne, cet âge correspondant peu ou prou à celui de la fin des études plus une à deux années dans un premier emploi.

Avec 26,2 ans, les Belges quittent leurs parents à un âge quasi similaire à celui des jeunes du Grand-Duché. En revanche, les Allemands et les Français sont visiblement un peu plus impatients de goûter à la vie sans papa et maman puisque, dans les deux pays, les jeunes quittent le foyer familial à 23,6 ans en moyenne. On est ici plus proche d’un départ juste après la fin des études (un master en bac+5 par exemple) et avant de débuter un premier emploi. Une tendance qu’il faut évidemment relativiser en fonction des cursus et des profils.

Lire Top 15 des jobs d’été qui rapportent le plus en 2022

Du nord au sud de l’Europe, des âges qui divergent

Si le Luxembourg et ses voisins de la Grande Région sont dans la moyenne européenne, d’autres États tutoient, eux, les “extrêmes”. L’étude d’Eurostat montre notamment que dans les pays du nord du continent, les jeunes partiraient plus tôt de chez leurs parents, à l’inverse de ceux habitant dans les pays du sud.

Ainsi, l’Estonie (22,7 ans), le Danemark (21,3 ans), la Finlande (21,2 ans) et surtout la Suède (19 ans) sont les quatre pays d’Europe dans lesquels les jeunes partent le plus tôt du cocon familial.

À l’inverse, la Bulgarie (30,3 ans) la Grèce (30,7 ans) et la Slovaquie (30,9 ans) sont les États européens où on semble profiter un peu plus longtemps du confort de vivre chez ses parents. La palme revenant aux jeunes Croates avec 33,3 ans et aux Portugais avec 33,6 ans, soit tout de même 14 ans plus tard que pour les Suédois.

Lire À partir de quel âge l’école est-elle obligatoire dans la Grande Région ?

Les messieurs un peu plus « Tanguy » que les dames ?

Toujours d’après Eurostat, il semblerait que les jeunes hommes quittent le domicile parental plus tard que les femmes. Ils seraient en effet âgés en moyenne de 27,4 ans contre 25,5 ans pour ces dames. Cette tendance a été observée dans tous les pays européens.

Les écarts entre les sexes les plus importants ont été notés en Roumanieles jeunes hommes partent en moyenne à 30,3 ans de chez leurs parents quand les femmes, elles, ont quitté leur chambre d’enfant à 25,6 ans, soit un écart de 4,7 ans.

Reste qu’au final, peu importe l’âge en réalité, le plus important étant de se sentir prêt à voler de ses propres ailes. D’autant que la plupart du temps, pour des lessives ou une perceuse à emprunter, la majorité des parents ne sont jamais très loin.

Lire Au Luxembourg, 1/3 des 16-24 ans passe plus de 5 h par jour sur son smartphone

Retrouvez-nous sur Instagram :

Ailleurs sur le web