icon recherche
Emploi

Le S-Hub ouvre la voie au télétravail des frontaliers

A compter du 3 juin, ce complexe situé le long de l’A31, entre Thionville et Yutz, prêtera ses locaux aux frontaliers. Avec l’intention de démocratiser le télétravail.

Publié par Romain S. le 31/05/2019 | Mis à jour le 29/05/2019 | 3.979 vues
comments4 commentaires

Le premier "corss border working hub" de Lorraine ouvrira ses portes au public à partir du lundi 3 juin. Crédit photo : Facebook S-Hub by Sodevam

C’est l’heure, pour le S-Hub. Après une phase de test lancée le 1er avril dernier, les locaux de l’établissement seront accessibles à partir du 3 juin pour le public.

Spécialement conçu pour le télétravail, ce « cross border working hub » est basé entre Thionville et Yutz, au niveau de la ZAC Espace Meilbourg, le long de l’autoroute A 31.

Le complexe, le premier du genre en Lorraine, compte cinq étages de 450 m2 chacun divisibles en plateaux modulables.

Un espace lounge, un open space, des bureaux individuels, une salle mediascape, une salle de réunion et un espace collaboratif seront mis à disposition des particuliers.

Le lieu proposera également divers services complémentaires tels qu’une conciergerie, un pressing, un service d’entretien de voitures etc.

Les entreprises auront, en outre, la possibilité de louer des espaces privatifs de 80 m2.

Gain de temps et désengorgement des routes

L’initiative, portée conjointement par la Communauté d’Agglomération Portes de France-Thionville, la société de développement et d’aménagement de la Moselle (Sodevam) et accompagnée de l’expertise de PwC, a pour but d’ouvrir la voie à cette pratique du futur, qui tend à se développer malgré les contraintes légales existantes.

Lire : 48 jours de télétravail pour les frontaliers belges

Les instigateurs du projet partent du postulat que les salariés frontaliers ont tout à y gagner en économisant le temps habituellement passé dans les transports.

Développer davantage le télétravail permettrait en outre de contenir les flux routiers, alors que 70 % des futurs navetteurs devraient arriver de France d’ici 2035.

Invité à s’exprimer sur le sujet de la mobilité fin janvier, à l’occasion du salon Urbest à Metz, Pascal Bieschele, directeur de projets à la Sodevam expliquait que « la démobilité, c’est mettre fin aux souffrances de tous types […] 25 % des déplacements sont d’ordre professionnels. Parmi ceux-ci, 70 % se font en voiture et 30 % de ces derniers se font pour allumer un ordinateur. »

La location d’un emplacement peut se faire à la journée ou à la demi-journée. Coût par salarié : à partir de 17,33 euros par jour.

Lire : 5 % de frontaliers en moins pour fluidifier le trafic

Ailleurs sur le web

Frontalierlulu
158 messages
Il y'a 3 mois

Je me demande combien de temps le fisc français va mettre pour y placer une pointeuse pour scruter les jours de tt pour imposer le salarié en France.

xenesis
796 messages
Il y'a 3 mois

Ca ne sert en effet.. a rien.. 

Raiisin
22 messages
Il y'a 3 mois

Pour le télétravail d'urgence pour tous et dans les droits des salariés, quand la plupart des gens font 3h de transport par jour, juste pour allumer un écran au final.
C'est vraiment une abérration quand même... Perte de temps, d'énergie, ...